Apprendre le dessin n’est pas évident, c’est un fait établi si l’on peut dire. Pourquoi cela nous pose tant de souci ? À mon avis, c’est parce que cela va à l’encontre de tout ce qu’on a appris jusqu’à présent. Ou plutôt, de la manière dont l’on a appris à penser, à interagir avec le monde. (Ce qui peut être très différent d’une culture à l’autre, d’une époque à l’autre, d’une famille à l’autre…)

La manière d’apprendre de nos systèmes d’éducation nationaux, avec beaucoup de caricature : C’est mémoriser et réciter. (Il va de soi que les enseignants ne nous transmettent pas que ça, heureusement.)

C’est tout l’inverse en dessin, où il faut une vision globale et développer son ressenti… L’art de la contemplation.

Voir le monde de manière global

Un des principaux défauts des débutants est d’avoir un regard qui porte sur les détails. Alors que les détails sont comme la cerise sur un gâteau, ils viennent en dernier, voire on s’en passe !

Dans les premières étapes, il est bon de développer cette vision globale plutôt que de se focaliser à outrance sur les détails. Car souvent on en fait beaucoup trop. Pour caricaturer encore : on veut savoir dessiner, tout bien représenter, montrer qu’on a tout vu, qu’on maitrise tout, et qu’on a tout mis sur le papier. On oublie de suggérer, de laisser du flou, du vide, d’observer les angles, les espaces…

C’est dans l’ensemble que l’on percevra comment le regard circule dans l’image, les grandes masses, les couleurs… qui attirent le regard, l’atmosphère dégagée par le dessin, etc.

 

En clair il faut apprendre à notre cerveau à fonctionner différemment que son traditionnel mode de fonctionnement par détails. Et c’est là toute la difficulté ! On n’a rarement appris à moduler notre cerveau de différentes manières… si déjà on a appris à s’en servir diront certain(e)s. ^^

 

 

Parfois, on nous conditionne depuis petit à avoir une pensée rationnelle et analytique alors que ce sont certains de nos atouts pas les seuls. Notre être ne se limite pas qu’à ça, il est tellement plus vaste (& poétique).

Une des solutions pour résoudre cela est le dessin d’après nature. Il y a tellement de détails que le cerveau n’a pas d’autres choix pour s’en sortir que de passer en mode global.

 

Passer les blocages :

Plus qu’une progression linéaire, apprendre à dessiner est une progression par à-coups.

Nos manières de voir et nos résistances à les changer, ou plutôt à les moduler, cela nous entrave parfois à dessiner. Sans cesse des blocages se présentent dans notre compréhension des formes, de la perspective, de l’anatomie, du volume, etc.

L’apprentissage du dessin consiste alors souvent en des prises de conscience qui amènent leur lot de progrès.

On stagne, on stagne, puis « aah mais ouiii c’est ça au final ! » On progresse… puis de léger progrès et… « rrahh je n’y arrive plus… » et à nouveau « rrahh mais oui ce truc je le savais depuis longtemps mais maintenant je le comprend mieux c’était donc ça ! » Hop de nouveaux progrès ! Et ça continue longtemps comme ça.


Une réelle compréhension amène un changement permanent contrairement a un simple savoir intellectuel d’un principe, vite oublié ou mal utilisé.

Au fur et à mesure des années on comprends à nouveau des principes que l’on savait déjà. On les comprends de plus en plus en profondeur et c’est alors qu’on se rend compte de toute la subtilité et des nombreuses facettes de ce qu’on a appris.

Des principes simples ET complexes. Contrairement à simplistes et compliqués…

 

Combien de temps pour apprendre le dessin ?

Impossible à répondre sans faire de généralité. Il faudrait déjà définir qu’est ce que, pour soi, savoir dessiner ?

Pour répondre très brièvement Je dirais comme toute discipline :  3 ans intensifs (4-5 heures par jour). Alors ne soyez pas influencé par ces chiffres. À quoi correspondent ils ? À mes yeux : de quoi roder son œil et son habilité à dessiner. Avec un univers qui commence à émerger, le début d’un niveau correct pour commencer à travailler.

5 à 10 ans pour obtenir une facilité d’exécution et une plus grande palette d’expression et bien plus pour devenir vraiment VRAIMENT bon. 20 à 30 ans quotidiennement.

Mais voulez-vous vraiment cela ? C’est quoi votre objectif ? Elle est là, la question importante. Pas de savoir un hypothétique et abstrait combien de temps…

Ce qui est bien avec les disciplines comme le dessin, c’est qu’on ne finit jamais d’apprendre. Notre regard s’éveille sans cesse, à la contemplation et à l’éternel émerveillement.